Les sources grecques du mythe d’Endymion

Le mythe d’Endymion trouve sa source dans plusieurs oeuvres littéraires antiques. L’hétérogénéité des sources textuelles de ce mythe le rend difficile à appréhender. Après une brève présentation, nous reproduirons dans cet article les extraits des textes grecques desquels il est issu. Dans un autre article, nous reviendrons sur les sources textuelles latines de ce mythe.

  • Apollodore, dit aussi « Pseudo-Apollodore », auteur grec d’origine inconnu du Ier ou IIème ap. J.C., se réfère au mythe d’Endymion dans sa «Bibliothèque», au Livre 1, 7, 5-6. Une traduction par B. Massonie et J-C Carrière est disponible gratuitement sur Google Books. Cet ouvrage serait une sorte d’abrégé de la mythologie grecque, à en croire l’article Wikipédia sur Pseudo-Apollodore. A la page 36 de ce document, il retrace l’origine  familiale d’Endymion. Il serait celui qui fonda Elis. Ce texte fait allusion à l’amour que lui portait Séléné et au cadeau de Zeus : la vie et la jeunesse éternelle. En voici l’extrait.

« De Calycè et d’Aéthlios, naquit un fils, Endymion, qui, emmena les Eoliens hors de Thessalie et fonda Elis. Certains disent qu’il était né de Zeus. Comme il se distinguait par sa beauté, Séléné s’éprit de lui.  Zeus lui permet d’obtenir à son choix ce qu’il voudrait et il choisit de dormir pour toujours, sans être atteint ni par la mort ni par la vieillesse. »

Couverture de l'ouvrage d'Apollodore, Bibliothèque, Traductio de E. Clavier, Tome Premier, Paris, 1805

Couverture de l’ouvrage d’Apollodore, Bibliothèque, Traductio de E. Clavier, Tome Premier, Paris, 1805

  • Pausanias le Périégète est un géographe et écrivain de l’Antiquité. Il rédigea «Description de la Grèce» en dix livres, qui serait un guide de voyage, mêlant géographie, histoire et mythologie, comme le précise l’article de l’Encyclopédie  Wikipédia. Dans le livre V, relatif à l’Elide, disponible gratuitement en français ici, il raconte la division du Péloponnèse et l’origine des Epéens. Endymion serait le fondateur de cette famille. Il fait rapidement allusion à l’amour de la Lune pour Endymion. Il précise davantage son union avec Astérodie ou Hypérippe, et le concours de course, auquel il soumit ses deux fils pour le trône du royaume. La traduction proposée est issue de la traduction française de l’abbé Gedoyn, in « Pausanias ou Voyage historique, pittoresque et philosophique de la Grèce. », Paris, Debarle, 1796.
Buste de Pausanias le Périégiète

Buste de Pausanias le Périégète

«Voici ce que j’ai appris de l’histoire de ce pays pour les temps antérieurs à leur arrivée. On dit qu’Aëthlios fut le premier roi de cette contrée ; qu’il était fils de Zeus et de Protogénie, fille de Deucalion, et qu’il eut lui-même un fils nommé Endymion. La Lune devint, à ce qu’il prétend, amoureuse d’Endymion et en eut cinquante filles. Mais il est plus vraisemblable qu’il épousa, comme le disent d’autres personnes, soit Astérodie, soit Chromie, fille d’Itonos, fils d’Amphyction ; soit enfin Hypérippe, fille d’Arcas. On dit donc qu’il eut trois fils, Paeôn, Epéos, Etolos, et une fille nommée Eurycyda. Il proposa dans Olympie, son royaume pour prix de la course à ses fils : Epéos ayant été vainqueur monta sur le trône, et ses sujets prirent alors le nom d »Epéens. Des deux autres frères, Etolos resta, dit-on, auprès de lui, mais Paeôn indigné de se voir vaincu s’enfuit au loin, et donna le nom de Pæonie au pays qu’arrose le fleuve Axios. Les Héracléotes du voisinage de Milet, ne sont point d’accord avec les Éléens sur la mort d’Endymion : ceux-ci en effet montrent son tombeau, tandis que les Héracléotes prétendent qu’il se retira sur le mont Latmos, qui renferme une chapelle d’Endymion où il n’est pas permis d’entrer. Epéos ayant épousé Anaxiroé fille de Coronos n’en eut point de fils, mais seulement une fille nommée Hyrmina.»

  • Lucien de Samosate revient à plusieurs reprises sur le mythe d’Endymion. Originaire de Syrie, il écrit «Histoire véritable», un récit de voyage imaginaire, au IIème siècle ap. J.C. Selon l’article de l’Encyclopédie Wikipédia disponible gratuitement en français ici, cet ouvrage met en scène l’écrivain, voyageant au confins du monde, au-delà des frontières connues. Il rencontre Endymion, roi du pays de la Lune. S’ensuit le récit d’une bataille entre les armées d’Endymion et celles de Phaédon, roi du Soleil pour le contrôle de l’Étoile du matin. En voici un court extrait disponible en français gratuitement dans son intégralité ici, accompagné du texte grec, issu de la traduction d’Eugène Talbot de 1857 :

«Il était homme et s’appelait Endymion ; un jour, pendant son sommeil, il avait été enlevé de notre terre, et, à son arrivée, on l’avait fait roi de ce pays. Or, ce pays n’était pas autre chose que ce qu’en bas nous appelons la Lune. Il nous engagea à prendre courage et à ne craindre aucun danger, qu’on nous donnerait tout ce dont nous aurions besoin.»

Buste de Lucien de Samosate

Buste de Lucien de Samosate

  • Dans le «Dialogue des Dieux», Lucien de Samosate revient sur l’amour de Lune pour Endymion. Dans ce texte, il donne la parole à la Lune et à Vénus, qui l’interroge sur son amour pour le jeune chasseur. En voici le texte intégral disponible gratuitement ici, issu de la traduction d’Eugène Talbot de 1857 :

«Vénus : Que dit-on de vous, chère Lune ? que, lorsque vous êtes en Carie, vous arrêtez votre char pour contempler d’en haut le chasseur Endymion dormant à la belle étoile ; que parfois même, au milieu de votre course, vous descendez vers lui ?

La Lune : Demande, Vénus, à ton fils : c’est lui qui en est la cause.

Vénus : Ah ! c’est un insolent ! Que de tours ne m’a-t-il pas joués, à moi sa mère ? Ne m’a-t-il pas fait descendre tantôt sur le mont Ida pour Anchise d’Ilion, tantôt sur le Liban, vers ce jeune Assyrien qu’il a rendu également aimable aux yeux de Proserpine, si bien qu’il m’a ravi la moitié de mes amours ? Je l’ai souvent menacé, s’il continuait d’agir ainsi, de briser son arc et son carquois, et de lui couper les ailes : une fois même je l’ai claqué sur le derrière avec ma pantoufle ; mais je ne sais comment lui, si effrayé, si suppliant au moment même, a tout oublié l’instant d’après. Mais dis-moi, ton Endymion est-il beau ? C’est une consolation dans les tribulations amoureuses.

La Lune : Pour moi, Vénus, je le trouve charmant, surtout lorsque, s’étant fait un lit de sa tunique étendue sur une pierre, il repose, tenant de la main gauche des traits près de lui échapper, tandis que la droite, recourbée sur sa tête, encadre avec grâce son joli visage. Quand il est ainsi plongé dans le sommeil, sa bouche exhale une haleine d’ambroisie ; c’est alors que je descends à petit bruit, marchant sur la pointe du pied, de peur de l’éveiller en sursaut et de l’effrayer. Tu connais ces sortes d’instants. Qu’ai-je besoin de te dire le reste, sinon que je meurs d’amour ?»

Comments
2 Responses to “Les sources grecques du mythe d’Endymion”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] nous l’écrivions précédemment dans cet article, le mythe d’Endymion trouve sa source dans plusieurs oeuvres littéraires antiques. Nous vous […]

  2. […] nombreuses variantes du récit du personnage mythologique d’Endymion, berger ou roi, conservent pour principaux attributs la grande beauté du jeune homme, […]



Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :