Endymion

Galerie Farnèse, Annibale Carrache, Diane et Endymion (détail), Fresque, 1597-1602, Rome, Palais Farnèse

Galerie Farnèse, Annibale Carrache, Diane et Endymion (détail), Fresque, 1597-1602, Rome, Palais Farnèse

Endymion est un personnage issu de la mythologie grecque.  Selon les auteurs, il s’agirait d’un Roi d’Elide, d’un chasseur, d’un simple berger ou même du premier astronome.  Alors qu’il dormait dans la forêt, Séléné s’éprit de lui et vint lui donner un baiser dans son sommeil. Cette étreinte chaste fut si bonne, qu’Endymion refusa de se réveiller. Séléné, souvent confondue avec Artémis, demanda alors à Zeus la vie et la jeunesse éternelle pour Endymion, pour qu’il puisse dormir toujours.

  • L’Encyclopédie Wikipédia revient sur ce mythe dans un court article gratuit en français. La diversité des versions textuelles rend complexe une explication linéaire de ce mythe. L’article semble donc décousu.  Après une brève présentation du mythe, l’article revient sur la postérité littéraire de l’histoire d’Endymion. Enfin, il introduit rapidement les représentations artistiques, dont le mythe a fait l’objet depuis l’Antiquité jusqu’au romantisme.
  • L’article anglais de Wikipédia apparaît plus complet et mieux référencé. L’introduction revient sur l’origine d’Endymion et le lieu où il est vénéré : le Mont Latmus en Carie en Asie Mineure. L’article met immédiatement l’accent sur la profusion de sources textuelles divergentes. Ainsi Pline l’Ancien en fait le premier homme à  avoir observer le ciel et les étoiles. Une première partie est consacrée au récit proprement dit. De nombreux auteurs antiques relatent donc l’histoire d’Endymion : Apollodore de Rhode, Licymnius de Chios, Pseudo-Apollodore, Pausanias, Properce, Ciceron, Theocrite, Ovide… Le mythe fit ensuite l’objet d’une réinterprétation moderne, et fut réécrit à plusieurs reprises. Une seconde partie sans réel fil conducteur renseigne notamment sur l’utilisation de ce mythe sur les sarcophages antiques, sur sa symbolique et sur le croisement du personnage de  Diane et d’Artémis.
Endymion endormi, Détail de la face d'un sarcophage romain, Séléné et Endymion, 300 ap. J.C., Marbre, Hauteur 95 cm, Paris, Musée du Louvre

Endymion endormi, Détail de la face d’un sarcophage romain, Séléné et Endymion, 300 ap. J.C., Marbre, Hauteur 95 cm, Paris, Musée du Louvre

  • L’Encyclopédie Britannica présente Endymion, dans son article payant en anglais, dont nous trouvons un extrait ici, comme un jeune homme passant sa vie à dormir. Comme  l’Encyclopédie Wikipédia, l’article souligne la multiplicité des sources textuelles à l’origine du mythe. Il revient sur le sommeil éternel du jeune homme : ce serait : soit un cadeau de Zeus ; soit, au contraire, une punition de ce dernier contre Endymion pour avoir eu une relation amoureuse avec son épouse, Héra. Enfin, l’article conclut sur l’aspect le plus connu de ce mythe : l’amour de Séléné pour Endymion.
  • Aux pages 42 et 43 de l’ouvrage « Classical mythology » publié pour une sixième édition en 1999 aux Oxford University Press, Mark P. O. Morford et Robert J. Lenardon reviennent sur le mythe de Séléné et d’Endymion dans deux articles en anglais, disponible gratuitement sur Google Books. Le premier article consacré à « Séléné, déesse de la Lune » présente l' »hymne homérique à Séléné« . Cette déesse serait la fille d’Hyperion et Theia et aurait pour frère, Helios, le dieu du soleil. Comme lui, elle se déplacerait en char, traditionnellement tiré par deux chevaux. Le second article s’intéresse plus particulièrement au mythe d’Endymion, le seul à faire intervenir la déesse Séléné  : Endymion, un beau jeune homme, généralement un berger,  aurait séduit la déesse, qui le vit dans une grotte du Mont Latmus en Carie . Nuit après nuit, elle vint le visiter alors qu’il dormait. Là encore, le caractère éternel du sommeil est présenté ou comme un cadeau, ou comme une punition de Zeus. Les auteurs reviennent ensuite brièvement sur la représentation de ce mythe sur les sarcophages anciens.
Une autre représentation du mythe d'Endymion datant du XVIIème siècle : Filippo Lauri, Endymion et Séléné, environ 1650, Huile sur cuivre, 30 x 24 cm, Vienne, Akademie der bildenden Künste

Une autre représentation du mythe d’Endymion datant du XVIIème siècle : Filippo Lauri, Endymion et Séléné, environ 1650, Huile sur cuivre, 30 x 24 cm, Vienne, Akademie der bildenden Künste

Comments
One Response to “Endymion”
Trackbacks
Check out what others are saying...


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :